Beaux-Arts

Flâneries dans les jardins aixois autour d'oeuvres contemporaines

juin 2012

Comme chaque année, la comédienne Andréa Férréol et son association Aix en oeuvres propose de (re)découvrir les jardins du centre-ville. Y sont invités des artistes reconnus ou en devenir.  Malgré un programme éclectique, cette initiative est à saluer face au désengagement de la population dans la vie culturelle aixoise. 

hotel-de-belcodene.jpg
  
 Un artiste-verrier a investi le jardin de l'hôtel de Belcodène
 

                                                                                                                                  

Festival de la Bande Dessinée à Aix

Art - Festival de la Bande Dessinée à Aix

Du 19 mars au 26 avril

La cinquième édition de ce festival mérite d’être signalée à plusieurs titres.

Tout d’abord, il faut saluer la diversité des manifestations proposées. La BD y est représentée sous toutes ses formes : des plus conventionnelles aux plus avant-gardistes. La présentation d’auteurs finlandais s’annonce elle aussi prometteuse. Leurs créations laissent une grande place à l’imaginaire et ont déjà séduites les places underground européennes.

Par ailleurs, les auteurs investissent le musée Granet où ils ont été invités à réinterpréter certaines œuvres. La manifestation permettra aussi de mieux appréhender les passerelles entre l’art et la BD.

Mais la principale réussite de ce festival vient probablement du fait qu’il s’agit là de l’évènement aixois le plus abouti et le plus participatif qui soit. En faisant adhérer de manière active, la plupart des lieux culturels aixois (et notamment les musées), le festival de la BD fournit la preuve que tout est possible à Aix avec un peu de volonté. Quand ils le veulent, les acteurs culturels de la ville peuvent travailler ensemble. C’est terriblement réconfortant pour l’avenir culturel de notre ville.

Quel dommage que, par le passé, de telles synergies ne se soient pas mises en place, notamment lors des modestes célébrations Portalis, mais aussi lors de l’année Cézanne durant laquelle l’ego de chacun à pris la place de l’intérêt général.

Nous pouvons d’ores et déjà saluer le travail de Michel Fraisset, Bernadette Marchand et Serge Darpeix qui coordonnent l’ensemble des festivités.

Les + : une programmation riche aux formes diverses (expo, rencontres, films), la gratuité de l’évènement (à l’exception du musée Granet).

Les - : le musée Granet a investi dans des supports de communication certes réussis, mais sans doute fort couteux quand on connait le manque de crédit pour restaurer, par exemple, le fond Constantin d’Aix endommagé par l’encollage des dessins et lavis sur des supports inadaptés.

Toutes les infos sur : www.bd-aix.com

                                                                                                                                

Photo - Le dernier témoignage des Poilus avec Didier Pazery

Un tretsois prometteur : le photographe Didier Pazery

Avec la disparition du dernier des Poilus, les travaux de Didier Pazery ont tout particulièrement été mis à l’honneur au travers d’un documentaire le 20 mars dernier sur France 2 et dans divers journaux (notamment Le Figaro).

Originaire de Trets, Didier Pazery appartient à une vieille famille de Pourcieux qui a fourni une branche noble : les Pazery de Thorame.

Après avoir publié un ouvrage Visage de la Grande Guerre chez Calmann Levy en 1998, Didier Pazery travaille en free lance pour de nombreux magazines (Le Monde 2, Le Figaro, Marie-Claire…).

Une exposition de ces travaux sur le corps féminin - « Under Skin » - a été organisée voilà peu à Paris.